Archives mensuelles : octobre 2013

La patience

La patience.Voilà bien un sujet qui me pose quelques difficultés. Pas toujours, j’ai une patience d’ange pour tout ce qui est minutieux ou avec les enfants la plupart du temps. Mais quand il s’agit de moi, c’est une autre histoire! Cela ne va pas assez vite à mon goût. Je n’ai jamais assez de temps pour tout faire. Je deviens alors très impatiente.
Pourtant je sais pertinemment que des temps d’actions et de repos doivent alterner. Ces derniers sont même nécessaire pour intérioriser  intégrer, digérer, récupérer pour mieux repartir ensuite. On ne peut pas tenir un rythme effréné continuellement. 
Mais c’est terrible, j’ai l’impression de ne rien faire et je le vis mal. C’est faux bien sûr, ce n’est qu’une apparence.La graine même si on ne la voit pas encore, germe sous terre bien avant de percer dans la lumière.
Et il est inutile de tirer sur la plante pour tenter de la faire pousser plus vite. On risque juste de l’abîmer. Elle n’est simplement pas prête. Il est nécessaire d’attendre.
De la même façon si on aide un papillon à sortir de sa chrysalide avant l’heure, il sera trop faible pour survivre. Il y a un temps pour chaque chose.

papillon

Mon camélia en bouton depuis le mois d’août me rappelle chaque jour cette précieuse vérité. Il s’épanouit chaque jour un peu plus, de manière à peine visible, très lentement, et surtout à son rythme. Mais il s’ouvre, il n’en doute pas!

Camelia en bouton

L’impatience qui trahit nos doutes trouve donc son antidote dans la foi.
La foi que tout est juste.
La foi que tout arrive en temps utile.

Le Focusing, ou l’art de dialoguer avec soi

L’excellent magazine de parentalité positive PEPS m’a fait découvrir le FOCUSING. Leur numéro 3 (d’avril-mai-juin 2013) traitait du « Corps, siège de la violence ordinaire? ». De multiples articles bien complets et documentés n’ont pas manqué de m’intéresser:- L’art du lâcher-prise avec Alexandre Jollien
– Sans fessée, ni punition en 10 approches pratiques
– Les réactions disproportionnés (il m’a bien parlé celui ci!)
– La routine énergétique selon Donna Eden (celui là aussi forcément!)
– Dire non à la fessée avec Olivier Morel
– Comprendre et accompagner les émotions des enfants
Pour n’en citer que quelques-uns. Une mine d’informations et d’inspiration vous dis-je , pratiques, pertinentes et qui nous pousse avec beaucoup de bienveillance à nous questionner. Tout ce que j’aime!
C’est LE magazine à mettre entre toutes les mains des parents chercheurs.

Dans ce numéro 3, donc, est expliqué le Focusing. Complètement inconnue pour moi, j’ai interprété cette pratique comme l’art de se mettre à l’écoute de son corps et de dialoguer avec. Voici les différentes étapes du Focusing détaillées par Bernadette Lamboy, auteure de « Trouver les solutions par le Focusing »:
1- Nous sommes enjoints à nous détendre, à nous poser et à accueillir la paix intérieure; puis à penser à une situation non réglée, tout en focalisant sur le corps (et non sur les émotions): comment je me sens avec cette histoire? Accueillir sans jugement ce qui se présente à l’esprit.
2- Il s’agit dans un deuxième temps de repérer la sensation, le sens corporel global, en lien avec cette histoire non réglée: comment se manifeste-t-elle dans tout notre corps? La question à se poser c’est: « Quand je pense à…, je me sens…, et je ressens …dans mon corps »
3- Ensuite il faut définir la prise, c’est-à-dire laisser venir une expression, un mot, peut-être une image qui caractérise ce sens corporel: une boule dans l’estomac avec une oppression dans la poitrine ou un mur devant moi…
4- On poursuit en faisant raisonner la prise pour vérifier qu’elle correspond bien au sens corporel global. On la décrit alors avec plus de détails comme si on voulait que quelqu’un en fasse un dessin: quels sont la grosseur, lourdeur, couleur, texture… On suit le processus si les images et sensations se transforment.
5- Le moment est venu d‘interroger la prise. Cela peut paraître complètement farfelu, inhabituel tout au moins. Il s’agit simplement de parler à une partie de nous même, d’écouter ce que le « mal-a-dit ». Ainsi, si cette boule pouvait parler que dirait-elle? Et encore…? Quelle suggestion a-t-elle pour résoudre notre problème? Laisser juste venir sans jugement, interprétation ou censure. Si on note un soulagement, ou un mouvement intérieur bienveillant, c’est que la réponse est juste. Le sens corporel se modifie alors, voire disparaît.
6- Accueillir la réponse et remercier pour ces révélations.

Je crois sincèrement en notre intelligence corporelle. Tous nos maux sont des messages de notre corps pour nous signifier une disharmonie dans notre vie. Par cette pratique de Focusing, on entre en contact avec cette intelligence corporelle et on se met à son écoute. Le simple fait d’entendre son mal-être et le besoin lié peut suffire à améliorer notre état. Comme un enfant turbulent qui réclame notre attention et qui s’arrête sitôt qu’on y répond.

Cette pratique me semble aussi intéressante pour :
Mettre les émotions envahissantes à distance, prendre du recul avec. Il peut être utile d’aller au bout de son émotion son chagrin, sa colère, puis une fois le pic passé on peut s’aider à retrouver son calme en se reconnectant à ses sensations corporels par le focusing.

-Aider à prendre une décision: quand on nous semble impossible de faire un choix, on peut se projeter dans chacune des situations possibles. Commencer par observer notre état corporel général là maintenant: notre respiration?  nos jambes? notre dos?… S’imaginer ensuite avec la 1ère possibilité tout en se branchant à son ressenti corporel: que raconte le corps ds cette 1ère option? Est il détendu, s’est il crispé? La respiration a-t-elle changée? et les battements cardiaques? Noter tous les changements par rapport au début. Laisser aller cette projection et recommencer avec la 2ème option.
Dans quelle situation vous sentez vous le mieux?

Comme tout le reste, à force de pratiquer, sans se prendre la tête, cela devient plus fluide et naturel. Il est inutile d’y passer des heures, soyez juste curieux, comme dans un jeu : tiens que se passe-t-il quand je me projette ici ou là? Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Vous ne risquez rien sauf d’apprendre à mieux vous connaître.